La politique de la maison :

Ici, pas de copié-collé, tout est du 100% rédigé.
Une attention particulière est portée sur la région Ile de France et sur le département des Yvelines.


vendredi 24 avril 2015

L’École à la rescousse de la République

Les pouvoirs publics français ont saisi l’élan citoyen qui s’est manifesté le 11 janvier 2015. Depuis les attentats, des séries de réformes ont été enclenchées afin de sauvegarder la République meurtrie. En remettant au goût du jour l’enseignement à la citoyenneté au sein de L’École, les pouvoirs publics tentent de ré-enchanter toute la France et surtout de préparer les prochaines échéances électorales.

 

François Hollande est déterminé à sauvegarder les valeurs républicaines – crédit AFP

Dès le 13 janvier 2015, la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, lors de son discours « Mobilisons l’École pour les valeurs de la République », déclara : «Les attentats barbares ont frappé le cœur de notre République en visant ses valeurs essentielles (…). Il nous appartient maintenant de transformer l’émotion en force d’action (…). L’enjeu de la refondation de l’École est (…) de rendre à l’École sa mission et sa place de vivier de citoyenneté, capable de former des citoyens éclairés, de transmettre et de faire partager les valeurs de la République ».

Hollande, proviseur des écoles 


La ministre de l’Éducation nationale n’est pas seule. Bien au contraire elle est appuyée par un François Hollande plus déterminé que jamais. Le 21 janvier, lors de ses vœux à l’éducation, le président de la République a clairement donné le ton : « Il est des circonstances où l’importance de l’École apparaît encore plus décisive. C’est ce que nous vivons aujourd’hui (…). Tant de choses se jouent dès les premières années de la vie. L’École doit être un sanctuaire de civilité (...). Aucun incident ne sera laissé sans suite ». Il s’est même montré solidaire auprès du corps enseignant : « vous n’êtes pas seuls »,  « nous serons à vos côtés », « nous vous épaulerons ».

Une réforme en marche 

 

Najat Vallaud-Belkacem a rendu public, le 22 janvier 2015, son programme « Grande mobilisation pour les valeurs de la République ». Dans le but d’injecter morale, laïcité et citoyenneté dans les écoles, onze mesures ont été présentées. Elles seront toutes appliquées dès la rentrée scolaire de 2015. Les classes de l’élémentaire à la terminale seront concernées.


                                    
                                Najat Vallaud-Belkacem lors de l'annonce officielle de ses mesures pro citoyennes

Sans trainer, la ministre a déjà concrétisé un certain nombre de mesures. C’est le cas notamment pour les centaines d’« Assises de l’École » qui se sont tenues sur l’ensemble du territoire depuis le 9 février. Ces temps ont permis des échanges autour de la laïcité, la citoyenneté, la lutte contre les discriminations, le renfort des liens avec les associations et le développement de temps d’échanges entre les professeurs et les parents d’élèves.

Par ailleurs, entre le 11 mars et le 15 avril, 1 000 professeurs ont été formés aux notions de laïcité, de morale et de citoyenneté.

Enfin, 4 000 acteurs de la société civile se sont portés volontaires auprès de « La réserve citoyenne ». Ces intervenants extérieurs seront un soutien pour les professeurs en matière d’enseignement de la citoyenneté et de la laïcité, de l’éducation aux médias et à l’information.

Poudre aux yeux 


« Depuis Platon, il apparait clairement que le thème de l’éducation civique ressurgit régulièrement chaque fois que la société est incertaine de ses fondements, en proie à des troubles et dissensions qui menacent son existence ». Cette phrase est issue du livre de François Gauchet, écrit en…1998. Dans le même ouvrage, L’Éducation à la citoyenneté, l’auteur parle également de « politisation d’éducation civique et morale ».

Ceci mis en lumière, on constate que la réforme annoncée par Najat Vallaud-Belkacem n’a rien d’anodin. L’enjeu est de taille. Il faut que le président de la République se montre actif, responsable et engagé. Quoi qu’il en coûte, il faut prendre des décisions dans le but de restaurer les valeurs républicaines. Il faut absolument que ces actions soient relayées par les médias et frapper l’opinion publique. Il faut faire vite. Il faut rassurer les concitoyens. Il faut redorer l’image du président de la République. Le corps enseignant et les élèves sont un prétexte pour fédérer les français autour d’une seule thématique : la réélection de François Hollande.

Présidentielles de 2017 


Les valeurs républicaines sont donc au cœur des débats. Et cela va durer. Pour preuve, la réunion interministérielle du 6 mars 2015, intitulée « Égalité et citoyenneté : la République en actes ». Les valeurs de citoyenneté, laïcité, morale vont dépasser les murs de l’École. Ils vont s’infiltrer au sein de l’habitat, de l’immigration, des associations, des entreprises, etc.

Valls, Najat Vallaud-Belkacem et autres ministres sont au garde-à-vous devant leur président Hollande. Maintenant que le gouvernement a trouvé la formule magique avec le mot « République », ils ne lâcheront pas.

In fine, les valeurs de citoyenneté, de morale, de laïcité, seront très utiles pour empêcher l’abstentionnisme qui s’est manifesté lors des récentes élections départementales, pour lutter contre les votes en faveur du FN, pour préparer les régionales et...surtout…de préparer le terrain à un François Hollande déterminé à renouveler sa présidence à la tête de la France.

Dans l’opposition, Nicolas Sarkozy a compris tout cet enjeu. Le 15 avril, il a proposé de rebaptiser l’UMP en… « Les Républicains »… Cet homme, a le nez fin. L’ancien chef de l’État, ne cache plus, lui non plus, ses aspirations pour 2017. Cela sonne déjà comme le premier round d’un long combat des chefs entre Sarkozy et Hollande.

Par Thomas MASSON

Enregistrer un commentaire