La politique de la maison :

Ici, pas de copié-collé, tout est du 100% rédigé.
Une attention particulière est portée sur la région Ile de France et sur le département des Yvelines.


mardi 29 juillet 2014

Disco Soupe redonne la banane aux aliments gaspillés



1,3 milliard de tonnes de produits comestibles sont gaspillés, par an, à travers le monde (selon les statistiques de la FAO -organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture).  Pour lutter contre ce gaspillage alimentaire, l'association Disco Soupe sort ses armes... La musique et les ustensiles de cuisine.




Le 21 juin, 2014, place Baudoyer, près de l'Hôtel de ville de Paris, c'est la fête. De la musique, de l'été, des fruits et légumes.
Un soleil jaune comme un poivron culmine dans le ciel. Une musique reggae est diffusée par un DJ. Des adultes et des enfants dansent sur une grille qui souffle de l'air. Plus loin, sous des tonnelles blanches, des jeunes font des blagues sur des fruits et légumes. « L’oignon fait la force », « like aubergine, touch for the very first time,  « John Lemon, « le gachi salsifis », « Endive Warhol », « are you radis ».

Les bénévoles de l'association Disco Soupe, couronnés de feuilles d'aromates ou d'une perruque. Ils s'affairent sur la place. Ils sortent des fruits et légumes invendus de leurs bacs. Ces aliment à la "gueule cassée", "biscornu", dans un état de maturité avancé, viennent d'être sauvés de la poubelle d'un supermarché voisin. Colette Rapp, bénévole de Disco Soupe, explique que la récupération de ces produits est facile, car " une fois sur deux, la personne en charge des fruits et légumes est écœurée de jeter les produits invendus". Pour ces enseignes qui donnent les invendus à Disco Soupe, aucune publicité ne sera faite. Colette Rapp révèle que c'est "pour éviter d'être utilisés par ces marques". Autrement dit, pas de campagne commerciale "greenwashing", ce marketing qui reverdit l'image des sociétés participantes.  

Les passants s'approchent. Attirés par la musique, par les danseurs. Les bénévoles de Disco Soupe leur délivrent un message de sensibilisation: "Aujourd'hui, en France, 30% de la nourriture produite finit à la poubelle".

Ils sont aussi invités à préparer les fruits et légumes en salades et à venir les déguster: "venez, si vous aimez cuisiner c'est sympa (...) on va distribuer gratuitement, on va manger".

Bénévoles et passants enfilent des gants en plastique, se munissent d'un économe ou d'un couteau. Des discussions naissent entre les voisins de planches à découper.
Les aliments sont nettoyés, au vinaigre et à l'eau. Les fruits et légumes collectés sont mis en moreaux. Les parties pourries, les pépins, les peaux, sont retirées. Puis ces déchets sont mis dans des sacs plastiques au dessus desquels sont scotchés des pancartes: "composte". 
Les saladiers se remplissent de rondelles et carrés de fraises, bananes, radis, poivrons, poires, etc... Les salades baignent dans un jus de soleil, d'eau et de sucre. 





"On a un vrai impact" - Colette Rapp, bénévole de Disco Soupe:
L'assocation Disco Soupe existe depuis mars 2012. Ce mouvement, géré par des bénévoles, s’est inspiré des « Schnippel Disko » (qui peut se traduire par « émincés-disco »), organisés en Allemagne. 

Colette Rapp, de chez Disco Soupe qualifie son action comme "concrète", "porteuse de partage et de moment de plaisir". "On a un vrai impact, le format commence à être connu", ajoute t-elle.

Seule, l'association Disco Soupe ne peut peut pas résoudre le gaspillage alimentaire. Mais depuis son existence, 20 tonnes de fruits et légumes invendus ont été récupérés et cuisinés. Près de 42 000 repas ont été servis. En France, c'est 45 Disco Soupe par mois.
Pour continuer son action, Disco soupe envisage de créer des "Buena Disco Social Club", qui redistribueront des fruits et légumes à des centres sociaux. La vente de pots de confitures et des bocaux est aussi à l'étude.

Disco Soupe est une nouvelle façon de se régaler, de s'amuser, tout en limitant le gaspillage.


Par Thomas MASSON









Enregistrer un commentaire