La politique de la maison :

Ici, pas de copié-collé, tout est du 100% rédigé.
Une attention particulière est portée sur la région Ile de France et sur le département des Yvelines.


jeudi 15 août 2019

Un jardin de curé pour partager la Création - L’Expérience de la paroisse Saint-Pierre de Cholet (49)




crédit photos : Pierre Boureau



Un banal terrain en friche s'est métamorphosé en luxuriant jardin de 600 m², aux plus de deux cent espèces végétales. Il aura fallu une quinzaine d'années de travail et une rencontre entre un prêtre et un jeune retraité pour en arriver à ce résultat. Récit de la renaissance de ce jardin de curé, situé à l'église Saint-Pierre de Cholet (Maine-et-Loire).

En 2004, Paul Vincent, alors curé de l'église Saint-Pierre de Cholet, demande à Pierre Boureau, éducateur sportif à la retraite, de venir sur ce terrain municipal à l'abandon pour « le nettoyer de fond en comble. » Pierre Boureau accepte. De façon totalement bénévole, il arrache les plantes inopportunes, loue une charrette, se met en contact avec un groupe agricole d'exploitation en commun (GAEC) spécialiste des questions horticoles. «  Cette expérience m'a permis de renouer avec mes origines paysannes, de me remémorer la culture des plantes que m'a transmis ma mère » concède-t-il. Transformer cet endroit selon les critères d'un jardin de curé devient alors une évidence pour lui.

Un jardin de curé simple, utilitaire et fonctionnel
Le terrain est segmenté en quatre parcelles, quatre comme les Évangiles. Ces parcelles sont disposées autour de haies de buis, élément de base pour tout jardin de curé digne de ce nom, car il bénéficie de propriétés protectrices et symbolyse les cycles de la vie. Le jardin est également conçu selon sept principes. On y trouve des plantes potagères, médicinales, aromatiques, symboliques, d'ornement, de la vigne et de l'eau. Sauge, thym, jasmin d'hiver, potiron, cerisiers, iris… Ce sont plus de 200 espèces végétales qui cohabitent dans cet espace de biodiversité.
« Dans ce lieu situé en plein cœur de ville, le calme et le silence sont très surprenants, savoure Pierre Boureau. Je vis de longs moments d’observation, de réflexion. L'endroit invite à la méditation. Pour moi, entretenir ce jardin est un retour à la terre, un moment de respect, de Création. » Un espace qu’il partage avec d’autres, comme René Gouffier, ancien jardinier de la ville de Cholet, qui a rejoint le projet en 2014 et apporte toutes ses compétences. Mais surtout avec la paroisse.
Partages
Les semences sont récupérées au hasard de balades dans la nature et d'échanges avec des paroissiens ou des proches. Toutes les semaines, les personnes chargées de la décoration de l'église viennent s'approvisionner en fleurs, en fonction des temps liturgiques, de la symbolique des couleurs des fleurs, et au gré des saisons. Par exemple le lys blanc coïncidera à l’Ascension, la rose à l’Assomption, le chrysanthème violet à la Toussaint. Quant aux fruits et légumes, ils sont récoltés par les prêtres eux-mêmes, pour leurs repas. Des visites y sont organisées par l'office de tourisme de Cholet faisant découvrir anecdotes, légendes et vertus à propos des espèces végétales. Toujours dans cet esprit de partage, Pierre Boureau a rédigé un fascicule, « C'est quoi un jardin de curé ? ». De quoi sensibiliser touristes, paroissiens, voisins.

Eglise verte
La paroisse de Saint-Pierre de Cholet est engagée auprès du label Église verte. Officiellement lancé le 16 septembre 2017, ce label existe grâce à l'implication de treize structures - religieuses, solidaires et environnementales. Son ambition est de valoriser les communautés chrétiennes engagées dans une oeuvre de conversion écologique, préparant avec foi l'émergence de nouveaux modes de vie. Grâce à un éco-diagnostique consultalbe en ligne, les paroisses évaluent leur démarche écologique. Et en fonction de cette évaluation, elles sont distinguées par l'un des cinq niveaux de labels : Sénevé, Lys des Champs, Cèpe de Vigne, Figuier, Cèdre du Liban. À ce jour, sur un total de 168 communautés chrétiennes investies dans la démarche, aucune ne s'est encore vue attribuée le niveau le plus élevé. 
 
Bien plus que du jardinage
Pendant sept ans, jusqu'à fin août 2018, le père Jean-Marie Gautreau – actuellement délégué épiscopal Foi et Cultures du Diocèse Angers – a été curé de Saint-Pierre et de Notre-Dame de Cholet. Il aime ce jardin, caché derrière de hauts murs, donnant une vue originale sur une partie spéciale de l'église. Il voit dans l'existence de ce jardin une mise en action concrète de l'encyclique Laudato Si’ : « Le pape François nous demande une conversion écologique intégrale. À chacun sa petite goutte, pour permettre l'avènement d'un autre monde, avec plus de simplicité, plus de vie. Et donc pour une paroisse, il s'agit de valoriser ce qu’elle a (pour nous, il s'agit d'un jardin de curé… ), d'accepter de se mettre en route. »

Thomas Masson
Les Cahiers Prions en Eglise (Cahiers 262 – Pentecôte 2019)



Le pèlerinage de Notre-Dame de Vassivière





crédit photos : père Jacques David


Du 2 juillet au dernier dimanche de septembre, juste après la Saint Mathieu, se rejoue chaque année le pèlerinage de Notre-Dame de Vassivière (diocèse de Clermont). Trois mois intenses de dévotion populaire, où les pèlerins expérimentent le sens de la Croix, cheminent intérieurement et collectivement sur les voies qui mènent au cœur de la foi chrétienne.

La procession tire son origine de la guérison d'un marchand dans les années 1547. Ce dernier était devenu aveugle et il implora la Vierge noire locale pour recouvrir la vue. Miracle qui lui fut accordé.

Organisation
Chaque bénévole de la paroisse se connaît, entre eux c'est comme une confrérie. Chacun et chacune maîtrise au fil du temps et des transmissions, son rôle et le déroulement du pèlerinage. Ce qui réduit considérablement les réunions préparatoires. Cela permet aux différents acteurs de ce pèlerinage de s'activer majoritairement à partir du mois de juin, presque au dernier moment.
À partir de cette période, le père Jacques David finalise la rédaction de son livret qui sera utilisé par les pèlerins. En même temps, il établit une thématique spécifique, souvent inspirée par celle de Lourdes. Pour l'édition de cette année, la thématique est encore à l'étude et pourrait porter sur le Synode des jeunes. En parallèle, des affiches et des dépliants sont envoyés au PRTL (service de Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs), dans chaque paroisse du diocèse de Clermont et à certaines communautés religieuses comme les capucins. Y sont communiqués les numéros de téléphones pratiques, l'itinéraire du pèlerinage, toutes les dates des célébrations de l'été, un résumé historique de cet événement. Ensuite, une vingtaine d'hommes et de femmes se réunissent à Vassivière pour un grand nettoyage, le lieu étant fermé au public depuis neuf mois. La chapelle, la salle d'accueil, l'auberge, la chapelloune (nom donné à l'édifice qui protège une source d'eau) et la boutique sont passées au peigne fin. Les bancs et chaises sont remis en place. Les uns passent le balais, les autres l'aspirateur. Les draps qui protégeaient les statues de l'humidité sont retirés. Les mauvaises herbes sont arrachées. Les saints sacrements sont mis en place. Les cierges fondus sont grattés et remplacés par des neufs. Trois dames apporteront au dernier moment des bouquets de fleurs de leurs propres jardins. Par ailleurs, les objets de piété (chapelets, croix, médailles, livrets, etc.) sont sortis de leurs cartons et entreposés avec soin dans le magasin de souvenirs, tenus par des bénévoles. Quand juin s'achève et que les préparatifs sont terminés, les paroissiens impliqués se retrouvent tous ensemble pour un repas convivial dans l'auberge de Vassivière. C'est à cette occasion notamment que sont désignés les quatre porteurs qui auront le privilège de sortir la statue de la Vierge noire de l'église Saint-André de Besse, le 2 juillet lors de la « Montée » et de la rentrer à nouveau lors de la « Dévalde », fin septembre.

Reines et porteurs
Le pèlerinage commence le 2 juillet, en rapport avec ce qui fut jadis le jour de la Visitation. Une foule de 500 à 700 pèlerins participe alors à la « Montée » : la statue de la Vierge noire de l'église de Besse-et-Saint-Anastaise (Puy-de-Dôme) est transportée à la chapelle de Vassivière, située dans les hauteurs et à 8 km de marche. La procession est marquée par des temps de prières, des chants, un chemin de croix et ses quatorze stations célébré pendant une trentaine de minutes, d'une dernière halte pour chanter Salve Regina et boire à la source une eau pure de montagne qui aurait diverses vertus de guérisons.
Lors de la « Montée », la statue de la Vierge noire est soutenue par des porteurs et entourée de « reines ». Ces femmes et hommes sont distingués comme tels, grâce à leur foi, leur attachement à ce pèlerinage, par une transmission familiale ou par un parrainage. François Verny, la cinquantaine, brasseur sur Super-Besse, est porteur depuis 7 années. Son grand-père aussi avait cette fonction. Sa grand-mère était quant à elle reine, rôle que sa sœur assure actuellement. « Pour moi, témoigne-t-il, être porteur n'est pas une parade, ni un concours. Cet engagement est vraiment un cheminement spirituel, une connexion à ma famille et à ce territoire. C'est aussi un moment privilégié pour me rapprocher de la Vierge, mère de tout le monde, et me sentir porté par elle ». Lors de la procession, six reines sont reliées, par des rubans blancs et bleus, à la châsse qui protège la Vierge Marie. Autour du cou elles ont des médaillons représentants la Vierge locale et brandissent un drapeau à son effigie. Les porteurs sont équipés de bâtons de pèlerins blancs et bleus et de brassards aux mêmes couleurs. Par équipes de quatre, ils se relaient pour porter sur leurs épaules la châsse soutenant la statue de Marie.

Trois mois de temps forts
Une fois la « Montée » accomplie, les trois mois de pèlerinage commencent. Tous les jours une messe est donnée dans la chapelle Notre-Dame de Vassivière, à 11h. Elles sont assurées par des chapelains du diocèse, mobilisés à tour de rôle sur une semaine. Ces derniers peuvent effectuer des confessions sur place. Les dimanches une messe supplémentaire est célébrée à 17h. Les vendredis, l'équipe du rosaire anime une prière mariale. Le 15 août deux messes sont célébrées, ainsi qu'une prière mariale à 15h. À la Saint Louis et la nativité de la Vierge des célébrations spécifiques ont lieu. Le sanctuaire est ouvert aux autres paroisses que celle de Sainte Marie des Lacs et des Couzes. Celles-ci peuvent venir et co-animer des messes avec leurs propres prêtres, comme le fit la paroisse de Nantes par exemple. Des écoles catholiques sont même venues plusieurs années de suite pour permettre à des élèves de 6e de passer une journée sur place.
Madame Éliane Farget, professeure à la retraite, est membre de l'équipe chargée de l'accueil des pèlerins depuis 17 ans et s'occupe avec d'autres bénévoles de la boutique du site. Elle est de plus en plus attachée à cette chapelle ainsi qu'à ce moment de dévotion populaire : « Là-haut, le paysage est magnifique. Il y a de la sérénité, du calme. Cela permet aux pèlerins de rencontrer d'autres personnes ou de se confier à nous, dans un climat propice. Le site est idéal pour s'écoute et méditer. »

Pincement au cœur et nouveau départ
Lorsque la « Dévalade » a lieu, le dernier dimanche de septembre, sous les feux d'artifices et coups de fusils, le pèlerinage se termine. Trois mois de dévotion populaire cessent et tout le monde reprend un train de vie normal. « C'est extraordinaire de voir des gens se mettre en route, en quête d'un idéal, d'un absolu, de prendre un temps de recul pour relire leur vie à la lumière de l’Évangile. Certains sont changés par l'esprit du Christ qui germait en eux et qui s'est finalement déployé » confie le père Jacques David, en charge du pèlerinage depuis six ans.


Thomas Masson
Les Cahiers Prions en Église, n°263

mercredi 12 juillet 2017

Temps-Vivant

Cher internaute,

je suis en ce moment en train d'étudier la littérature. Oui, parce que l'écriture et la lecture font partie de ma vie, et ce depuis de nombreuses années.

Pour rendre hommage à cet art et pour à mon tour le transmettre, j'ai repris des études en Master 2, Métiers de l'écriture et de la création littéraire, à Cergy-Pontoise.

Donc, je te prie de m'excuser pour la non-alimentation de ce blog en réjouissants articles sociaux et solidaires. Mais qui sait ? ta patience sera peut-être récompensée et peut-être que je reprendrai du service. De toute façon, beaucoup d'autres médias positifs sont déjà actifs sur toutes ces thématiques et permettent de transformer le monde et de nous montrer que de belles initiatives existent.

Alors à bientôt et portes-toi bien !
Amitiés.

Thomas Masson
Le 12 juillet 2017



jeudi 26 mai 2016

Rencontre avec Audrey Pulvar

La journaliste était à Poissy, à la librairie du Pincerai, le 21 mai 2016. Elle a présenté les thématiques et personnalités mises à l'honneur dans son livre Libres et insoumis. Interview.

Audrey Pulvar - crédit Thomas Masson


La suite, gratuite de mon article sur Le Courrier des Yvelines.

Thomas Masson
@Alter_Egaux